Déportation et conflit urbain : transnationalisation, menace et impact sur la sécurité publique

Déportation et conflit urbain : transnationalisation, menace et impact sur la sécurité publique

Show full item record

Title: Déportation et conflit urbain : transnationalisation, menace et impact sur la sécurité publique
Author: Duré, Roowdy
Abstract: La sécurité publique fait partie des grands enjeux que doivent faire face plusieurs États. Désormais, migrations irrégulières, déportations, terrorismes, conflits intraétatiques sont les nouvelles réalités géopolitiques qui font partie des continuelles priorités de la communauté internationale. Malgré l'effort de plusieurs pays pour amener de nouvelles réformes pour contrevenir à la menace actuelle et future. On ne peut passer sous silence l’impact qu’ont eu les attentats du 11 septembre 2001 particulièrement en ce qui concerne le contexte géopolitique régional et mondial. Les conséquences de ses actions créèrent ainsi un perpétuel sentiment de danger auquel le gouvernement canadien n’eut d’autres choix que de développer une politique sécuritaire ayant pour but la protection du public, de ses frontières et de son territoire. Pour faire suite aux évènements du 11 septembre 2001, le gouvernement canadien a opté pour une approche plus intégrée en matière de sécurité nationale. La mise sur pied de cette approche a été conçue pour aider les décideurs lors de l’élaboration à long terme d’un cadre stratégique favorisant l'adoption de diverses mesures préventives et réactives plus efficaces pour tous types de menaces pouvant avoir une atteinte à la sécurité nationale. Bien qu’il existe simultanément plusieurs débats concernant cette politique pour sécuriser son territoire contre les criminelles et les terroristes, il existe une disproportion dans certaines lois en rapport aux décisions administratives prises envers certains individus par rapport au crime commis au nom de la sécurité nationale et publique. Néanmoins, certaines de ces politiques parviennent effectivement à régler le problème à court terme en ce qui concerne la sécurité publique, mais d'autres génèrent des problèmes pouvant affecter la sécurité nationale. Nous parlons d’ici du renvoi de résidents permanents trouvés coupables d’acte criminel dans leur pays d’origine bien souvent des individus qui ont passé la grande majorité de leur vie sur le territoire canadien. D’ailleurs, la question de la déportation fait l’objet de nombreuse recherche académique. La grande majorité de ces recherches se tournent principalement vers la déportation de citoyen américain d’origine latine qui lors de leur retour dans leur pays d’origine se fait recruté par les membres du MS13. Rares sont les recherches dans ce domaine qui ne se réfèrent pas à ce gang qui est devenu la référence par excellence pour plusieurs chercheurs dans le domaine des sciences sociales criminologie, sociologie, anthropologie, etc. D’autres études montrent la corrélation entre la création, l’expansion et l’évolution de ce gang à travers les Amériques nord et sud. De plus, d’autres auteurs évoquent la responsabilité du gouvernement américain et canadien de poursuivre cette politique dérisoire au détriment des pays à recevoir. La présence de ces déportés criminalisés à un impact direct et majeur sur la dynamique du conflit urbain et sur la souveraineté des États. Outre cela, plusieurs rapports détaillent les problématiques qu’engendre la déportation. Les modifications sur les lois à l’immigration ont permis l’expulsion des criminels américains vers leur pays d’origine une fois que ces derniers ont complété leur peine d’emprisonnement. Pourtant, 90 % des membres de gangs expulsés reviennent aux États-Unis et par conséquent, contrôlent une grande partie du marché illicite de la drogue et de la traite des êtres humains sans compter qu’ils jouent un rôle important dans la facilitation de migrant illégale. D’autres études concluent que la déportation est responsable du développement de la criminalité, de réseaux criminels, ainsi que des perturbations majeures dans certaines régions d’Amérique latine et des Caraïbes. Pour sa part, si le gouvernement canadien poursuit dans cette avenue entamée par les Américains, il risque de mettre en péril la souveraineté de ces États et de créer un problème qui risque de devenir une menace pour sa sécurité publique et nationale. Malgré tout, le gouvernement canadien semble répéter les mêmes erreurs que nos voisins en optant pour une politique contre ces immigrants indésirables, particulièrement des membres ou des affiliés de gangs de rue, rendue coupable d’actes criminels dont la sentence se résume par la révocation de leur résidence permanente et la déportation.
Date: 2011
URI: http://hdl.handle.net/10393/20237

Files in this item

Files Size Format View
DURE_Roowdy_2011_Memoire.pdf 2.603Mb application/pdf View/Open

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record


Contact information

Morisset Hall (map)
65 University Private
Ottawa ON Canada
K1N 6N5

Tel. 613-562-5800 (4563)
Fax 613-562-5195

ruor@uottawa.ca