Le dialogue dans l'Heptaméron de Marguerite de Navarre.

Description
Titre: Le dialogue dans l'Heptaméron de Marguerite de Navarre.
Auteur(s): Wilmotte-Bourrelly, Marie-Odile.
Date: 1995
Résumé: S'inquieter du dialogue a la Renaissance et choisir l'Heptameron comme exemple d'investigation est, a priori, surprenant. En effet, le dialogue n'est pas la seule forme dicursive de l'oeuvre. Lui sont concomitantes des narrations breves. Dans l'Heptameron, des dialogues encadrent des narrations. Dix personnages-narrateurs sont charges de conter et de commenter les nouvelles rapportees. Postuler un lien entre dialogues et contes oblige a rejeter la definition fermee, et inexacte, qui reduit le dialogue a un discours entre deux personnes alors que, selon l'etymon, il est une parole "qui traverse", qui circule et s'echange. L'etude du dialogue n'est donc pas seulement l'etude des formes dialoguees. Dans l'Heptameron, le dialogue est present dans l'architecture meme de l'ovrage. La premiere partie de la these expose les termes du contrat, les dispositifs unificateurs de la matiere narrative qui les fonde. La ditribution des roles et les regles dialogales sont ensuite etablies. Elles donnent non seulement une stabilite a l'identification personnelle de chacun des devisants mais elles montrent, en plus, que l'activite dialogale est a meme d'integrer les ruptures, telles les disputes et les polemiques, sans nuire a la coherence de l'ecrit, malgre la mimetique supposee de l'oral. Des outils regulateurs, tels le don de la voix, l'alternance des tours de parole, sont mis en place et permettent la gestion de la polyphonie. En consequence, dans la deuxieme partie de la these, on peut dire que la polyphonie est une richesse et non un dysfonctionnement. Grace au contrat, formule dans le premier prologue, la realite peut etre interrogee dans sa diversite, dans ses contradictions, dans ses opacites. Cela n'est possible que parce que les instruments d'investigation choisis sont aptes a entrer dans cette diversite, dans ce foisonnement et dans les formes rhetoriques et symboliques qui sont pregnantes pour nourrir ce chatoiement. La troisieme partie de la these est associee sur le plan philosophique et religieux a la double articulation precedente, l'une ayant expose les mecanismes regulateurs du dialogue, l'autre ayant montre comment le reel s'echappe et s'elaire a la fois. Entre la volonte de regle l'ordre du monde et la necessaire reconnaissance d'une epaisseur du monde qui echappe a des plans simples, on retrouve, sur le plan philosophique et religieux, la resistance du profane a une dogmatique et l'incapacite du dogmatique a categoriser. Cela correspond a "l'inquietisme", pour reprendre le mot de Verdun-Louis Saulnier, de Marguerite de Navarre. En conclusion, l'image du pont s'impose comme metaphore par excellence de la perspective de Marguerite de Navarre dans l'Heptameron et de celle de la these. Cet inquietisme de la princesse rejoint les preoccupations des penseurs de la Renaissance, conscients d'une diffraction du sens, d'une impossbilite d'acceder a l'evidence de la revelation qui est une source d'inquietudes, voire d'angoisses, autant qu'un facteur dynamique. (Abstract shortened by UMI.)
URL: http://hdl.handle.net/10393/9992
CollectionThèses, 1910 - 2005 // Theses, 1910 - 2005
Fichiers
NN07812.PDF6.81 MBAdobe PDFOuvrir